Contact : +33(0)473 17 02 17 ou/or videoformes@videoformes.com

Poésie avec vues

POÉSIE AVEC VUES

Performances de Florence Pazzottu et HP Process 

Jeudi 17 mars à 20h30 – Maison de la Culture Salle Boris Vian

En partenariat avec la Semaine de la poésie, la poésie rencontre les arts numériques.

L’occasion de découvrir De quoi l’amour est-il chute ?, vidéo-poème de Florence Pazzottu et Alpha-lab, une performance de poésie action numérique sur l’infini combinatoire de l’alphabet proposée par HP Process.

FLORENCE PAZZOTTU (France)

Sondage ou De quoi l’amour est-il chute?

La petite forme performée proposée par Florence Pazzottu joue de l’accord et de l’écart entre poème vidéographique, lecture scénographiée ou simplement adressée. Elle s’achève par le « questionnaire de la Dialectique de l’amour et du désir ».
A l’exception de quelques poèmes extraits de livres publiés chez Flammarion (collection Poésie) ou chez l’Amourier, la plupart des textes lus sont inédits : il s’agit de « Contes d’ici », inspirés des Contes d’Isé, contes japonais du 10e siècle, constitués de petites proses (récits ou anecdotes), dans lesquelles s’inscrivent des poèmes sms, des « textos-tankas » très contemporains.
En partenariat avec Alt(r)a Voce, qui produit le travail vidéo de Florence Pazzottu. www.altravoce-marseille.com

Poète, Florence Pazzottu a co-fondé (avec Christiane Veschambre) la revue Petite, a été membre du comité de rédaction d’Action poétique, et a publié une douzaine de livres chez différents éditeurs, dont Al Dante, l’Amourier, le Seuil, Flammarion, ou encore Cadastre8zéro et l’Atelier du Grand Tétras. Elle a également réalisé plusieurs films ainsi que des installations vidéo qui ont notamment été présentées à la galerie la Traverse à Marseille sous le titre « Open poème en sept courts » en 2014 (une nouvelle exposition aura lieu au Vélo-Théâtre d’Apt en mai 2016). Elle a conçu et réalisé des scénographies vidéo pour deux de ses récits, la Tête de l’Homme (avec l’actrice Marion Bottollier), et (à partir des Heures blanchesOù dois-je encore monter avec mon désir? et Ne demande pas à ton ombre la charité avec la metteur en scène Aurélie Leroux. Elle travaille régulièrement avec l’artiste multimedia Giney Ayme à des performances ou à des lectures avec dispositif vidéo et ponctuations (sonores et gestuelles). Elle est l’un des membres fondateurs du Collectif Hors Cadre (crée au cinéma les Variétés à Marseille en 2015), participe depuis peu aux soirées Qui-Vive à Pantin, et aux Cris poétiques d’Apt, qu’elle anime désormais avec Jean de Breyne.

De la page au plateau, de la dramaturgie des signes au montage image/son/texte, du texte dit ou lu au poème/film, c’est toujours le poème, son écriture et son partage, que Florence Pazzottu vise et affirme, tentant de donner forme et vie à la vision d’une poésie à la fois intemporelle et aux prises avec le présent, « à l’abrupt du réel », et où le poème, selon les mots de Mandelstam, est « toujours adressé », est une adresse « à n’importe qui ».

HP PROCESS (France)

ALPHA_LAB

HP Process interroge le rapport entre corps, langage, espaces et technologie.
Alpha_lab est une performance de poésie action numérique sur l’infini combi-natoire de l’alphabet, envisagé comme une matière donnant corps et forme aux discours et à la pensée, et comme un labyrinthe à parcourir grâce au son et au mouvement du corps. Dans ce poème performatif, génératif et interactif,  HP Process envisage les outils informatiques à la fois comme un microscope et un télescope. Alpha_lab traversera ainsi de multiples dimensions du réel de l’infiniment petit vers l’infiniment grand.
La matière textuelle et informationnelle, repliée sur lui-même, statique et inerte, sera déployée par les performeurs, afin qu’elle trouve, dans sa complexification, des trajectoires vers des devenirs possibles. Les performeurs feront naître et agenceront des formes, matérielles, technologiques, organiques, géographiques, qui, par leur démultiplication et leur composition, deviendront peu à peu des architectures d’univers.
C’est le corps qui se fera vecteur d’exploration et principe dynamique de cette géographie textuelle vibratoire, faites de mo(t)lécules et autres particules, de fragments et d’extraits de textes scientifiques, techniques, politiques ou philosophiques, et dont les mouvements nous conduiront à chercher de nouvelles trajectoires dans le dédale du sens.

HP Process
Philippe Boisnard et Hortense Gauthier
agissent sous le nom d’HP Process depuis 2006.
Ils créent des performances poétiques numériques, aussi bien que des installations génératives et interactives, et des créations vidéo et sonores.
La poésie, dans ses dimensions textuelles et numériques, mais aussi visuelles et sonores, est au cœur de leur démarche. Entre improvisation poétique, déconstruction du langage, jeux typographiques et récupération de données, ils inventent des dispositifs d’écriture performatifs, interactifs, ou participatifs, qui mettent en jeu corps, réseau, technologies mobiles et territoires. Les technologies numériques sont pour eux des outils d’extension, de déconstruction et d’intensification du langage et des formes de discours, autant qu’un médium capable de déployer l’écriture hors des cadres auxquels elle est assignée. Ils tentent d’écrire et d’agir à travers et par-delà les écrans en interrogeant les transformations relationnelles et langagières produisent par les nouvelles technologies, ils questionnent la matérialité et la virtualité du corps, l’histoire et la fabrication du langage, les relations générées par les réseaux. Ils définissent leur démarche par le concept PAN (POESIE ACTION NUMÉRIQUE), à travers lequel ils interrogent le rapport entre corps, langage, espaces et technologie.

Interventions dans de nombreux festivals, musées, universités et théâtres en France et à l’étranger : festival DIGITAL CHOC (Institut français du Japon Tokyo, Kyoto), Agence TOPO – SAT (Montréal), festival Live Action (Gothenburg-Suède), Centre Pompidou (Paris), Le Cube (Issy-les-Moulineaux), BNF (Paris), CAPC de Bordeaux, musée d’art contemporain de Marseille, Rencontres Chorégraphiques de Carthage (Tunis), Centro Octubre (Valencia, Espagne),  PureData Convention 2009 (Sao Paulo, Brésil), Les Bains numériques (Enghien-les-Bains), festival international de performance de Monza (Italie), EPAF (Varsovie, Pologne), Son-Vision (Genève)…