Contact : +33(0)473 17 02 17 ou/or videoformes@videoformes.com

École Nationale Supérieure d’Art de Dijon, France

EXPOSITIONS, du 17 mars au 01 avril

Galerie Dolet / Crous, 25 rue Etienne Dolet, Clermont-Ferrand

Du lundi au vendredi de 8h à 16h

L'établissement

L’École Nationale Supérieure d’Art et Design d’espace de Dijon est un établissement sous tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication. Elle propose un enseignement de haut niveau (1er et 2e cycles universitaires : Licence et Master) et prépare les étudiants au Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique. Tournée vers l’international, elle met en avant trois axes de recherches spécifiques : Peinture et Couleur ; Art & Société ; Mutations urbaines. Son pôle image et nouveaux médias s’inscrit dans ces trois approches et développe de nombreux partenariats locaux et internationaux qui favorisent la recherche, la création et la diffusion des œuvres.

 

L'atelier

Les vidéos présentées sont issues de l’Atelier de Recherche et de Création Le Territoire à l’écran, proposé entre 2014 et 2015 par Germain Huby plasticien et enseignant à l’ENSA de Dijon. Vingt étudiants de la 3ème à la 5ème années, inscrits dans les départements art et design d’espace, ont participé à cet atelier encadré par trois artistes, réalisateurs, chef opérateur et compositeur travaillant pour le cinéma et la télévision (notamment Arte et Canal+) : Bernard Laurent, Blaise Harrison et Étienne Charry. A l’issue de la production, un partenariat avec le cinéma Devosge de Dijon a donné lieu à une projection en salle, ouverte au public.
Cette création collaborative imaginée pour l’écran de cinéma fait se rencontrer treize visions polymorphes du territoire et questionne les rapports étroits que nous entretenons aux espaces. Qu’ils soient intimes, privés, publics, individuels, collectifs, réels, virtuels ou mentaux, ces lieux et «non-lieux», comme les nomme l’anthropologue Marc Augé, se veulent aussi «identitaires, relationnels et historiques». C’est une proposition de lecture possible de ces territoires qui est donnée à voir, de leur repérage et de leur traduction plastique, une tentative de transposition vers les deux dimensions de l’écran, pour mieux les investir, les détourner, les révéler ou encore les inventer.

15.05.1960, 2015, d’Amélie Berrodier, 6’13

Dans leur maison, un couple de retraités occupe ses journées. Après 55 ans de vie commune, comment leurs espaces quotidiens sont-ils occupés et partagés ? Quels gestes manifestent encore leurs sentiments ?

Frontières invisibles, de Chloé Stemmelin, 4’46

Un territoire est délimité par des frontières, mais le plus souvent, rien dans la réalité du terrain ne permet d’en discerner le tracé. Un homme passionné nous montre ces frontières réelles et virtuelles.

Sérénade, de Minsuk Yoon, 3’20

Après la tombée de la nuit, je flâne en centre ville de Dijon. Je me positionne sous les fenêtres éclairées puis je chante une chanson d’amour. Une tentative de rapprochement entre mon territoire et celui d’autrui.